Artiste : Tania B, L'invitation au regard

Les portraits de Tania  B  nous invitent à nous interroger à notre présence dans ce monde à travers la douce invitation de leurs regards.

Tania a grandi au sein de la jolie banlieue Nord de Paris, proche de Gonesse, non loin de Sarcelles et de Roissy. Pourtant ce n’est pas en France, mais bien à l’étranger, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, qu’elle s’initie véritablement à l’art. En effet, c’est durant un séjour familiale en Russie qu’elle se confronte dès l’âge de cinq ans à un véritable choc des cultures, alimenté de peintures sur bois et de broderies incroyables.

Plus tard, la jeune fille nourrira son esprit et son imagination des oeuvres de Giacometti, de Tapies, d’Egon Schiele et de toute la vague d’Art Déco mené par Mucha et consorts. Oscillant entre graphisme et matière, elle  aime le portrait et les gens, fascinée par le regard et ce qu’il dit ou ne dit pas.

Afin de s’adonner à sa passion, c’est donc le plus naturellement du monde, qu’elle entreprend des études d’arts plastiques, puis d’art appliqués dans l’expression visuelle avec l’exploration de techniques picturales et graphiques. Un apprentissage qui lui permet alors de mêler sa passion pour le dessin et la possibilité de se découvrir une véritable vocation en tant qu’artiste dans le domaine de la publicité. Délaissant progressivement ses crayons pour ses pinceaux, la peinture finira par s’imposer à elle comme une évidence. Installée dans son atelier en Auvergne, dans un petit village chaleureux où elle a l’occasion de côtoyer des artistes talentueux (Marie Noelle Guyot et Didier Brot),  elle se consacre entièrement à son art.

Peintre de l’expression, les oeuvres de Tania B sont peuplées de mille visages connus ou inconnus. Qu’il s’agisse des visages d’un peuple ou du monde, ses visages tendent à l’universalité en choisissant de capturer l’expression du bonheur, entre sourire et innocence. Dans son travail, il est possible d’y déceler l’expression de grands mouvements énergiques parcourant la toile de parties inachevées et révélatrices de la mise en exergue d’une expression qui donne à voir l’inscription de l’être dans le monde. Une impression renforcée par l’utilisation du collage qui sert de support graphique à travers une  sous-couche qui fait alors office d’une deuxième peau, usée et daté…

J’aime aussi l’usure, la notion du temps, l’imprégnation… La combinaison des deux serait pour moi la réponse que j’aimerais donner à mes portraits.

Sensible aux travaux de François Bard  et de Lita Cabellut*, Tania B laisse sa peinture se dévoiler par un jeu d’extraction et de rajout. Le regard fragile des personnages dicte l’orientation des tableaux alors que les craquelures appuient une certaine transparence qui nous invite à une acceptation de l’autre à travers l’intimité d’un jeu de regards complices.

*dont les peintures réalistes à l’huile combinent une observation aiguë de notre époque et une mythologie personnelle

juju
A propos de l'auteur

Julien Mc Laughlin, Rédacteur en chef - passionné par l'art, le multimédia, les médias sociaux et cinévore de la première heure.



Wegotalent veut grandir

Soutenez nous !